Comment Alzheimer agit sur le cerveau ?

 

Comment Alzheimer agit sur le cerveau ?

 

La maladie d’Alzheimer est un trouble cérébral progressif irréversible qui détruit lentement la mémoire et les capacités de réflexion et, éventuellement, la capacité d’effectuer les tâches les plus simples.

Chez la plupart des personnes atteintes de la maladie, celles présentant un type d’apparition tardive, les symptômes apparaissent pour la première fois au milieu de la soixantaine. 

La maladie d’Alzheimer à début précoce survient entre la trentaine et le milieu des années 60 et est très rare. Elle est la cause la plus courante de démence chez les personnes âgées. 

Les manifestations de l’Alzheimer sur les constituants du cerveau

Le cerveau humain contient des milliards de neurones, des cellules spécialisées qui traitent et transmettent des informations via des signaux électriques et chimiques.

Ils envoient des messages entre différentes parties du cerveau et du cerveau aux muscles et aux organes du corps.

La maladie d’Alzheimer perturbe ainsi cette communication entre les neurones, entraînant une perte de fonction et la mort cellulaire. 

Les parties des neurones sur lesquelles l’Alzheimer se manifeste.

  • La plupart des neurones ont trois parties fondamentales : un corps cellulaire, plusieurs dendrites et un axone.
  • Le corps cellulaire contient le noyau, qui abrite le plan génétique qui dirige et régule les activités de la cellule.
  • Les dendrites sont des structures en forme de branche qui s’étendent du corps cellulaire et collectent des informations à partir d’autres neurones.
  • L’axone est une structure en forme de câble à l’extrémité du corps cellulaire en face des dendrites et transmet des messages à d’autres neurones.

Actions de l’Alzheimer sur le lobe frontal

Le lobe frontal, partie du cerveau qui contrôle notre comportement et qui façonne nos émotions, est aussi celui qui construit  notre raisonnement et qui gère les actions que nous exécutons.

Ce lobe est l’endroit où nous pouvons retrouver la mémoire de travail, ou mémoire à court terme, et les actions qui nécessitent notre concentration.

Au cours de la maladie d’Alzheimer, lorsque le lobe frontal est atteint tardivement, la perte de bienséance, l’indifférence, une perte d’intérêt lors d’une activité et un repli de la personne en sont les  conséquences. 

Comment l’Alzheimer agit sur le lobe temporal

Ce lobe détient de nombreuses utilités pour le fonctionnement de notre cerveau.

Tout d’abord, celui-ci contrôle les informations auditives, la mémoire verbale, les informations visuelles complexes et la mémoire épisodique, avec l’aide de l’hippocampe et de l’amygdale.

L’atteinte hâtive du lobe temporal au cours de la maladie d’Alzheimer entraîne des pertes de mémoires à court terme, des pertes de vocabulaires et reconnaître des visages, des objets et des lieux normalement familiers devient de plus en plus difficile. 

Les effets sur le cerveau en général

Généralement, le cerveau se rétrécit dans une certaine mesure en vieillissant en bonne santé, mais, étonnamment, il ne perd pas de neurones en grand nombre.

Dans la maladie d’Alzheimer, les dommages sont répandus, car de nombreux neurones cessent de fonctionner, perdent les connexions avec d’autres neurones et meurent.

La maladie d’Alzheimer dérègle les processus vitaux pour les neurones et leurs réseaux, y compris la communication, le métabolisme et la réparation.